• La concordance des temps

     

    - L'indicatif dans la subordonnée

    Le verbe de la principale au futur ou au présent

    Le verbe de la principale au passé

    Les limites de la concordance des temps

    Tableau récapitulatif

     
     
     
     
    II- Le subjonctif dans la subordonnée

    Le verbe de la principale au futur ou au présent

    Le verbe de la principale au passé

     

     

     

    I- L'indicatif dans la subordonnée

    1. Le verbe de la principale au futur ou au présent

    Les temps sont employés, en fonction du sens, par rapport au temps du verbe de la principale:
    Exemple:
    Comme il a gelé, les automobilistes savent qu'ils ne pourront emprunter les routes que lorsqu'elles auront été salées.


    Ainsi cet exemple pourra être schématisé sur l'axe de temps de cette façon:

    —— a gelé ——— savent (Présent) ——— auront été salées ——— pourront ———»

    2. Le verbe de la principale au passé

    Les temps, ici employés en fonction du sens par rapport au temps du verbe de la proposition principale, se trouvent modifiés par l'application de la règle de la concordance des temps:
    Exemple:
    Comme il avait gelé, les automobilistes savaient qu'ils ne pourraient emprunter les routes que lorsqu'elles auraient été salées.


    Ainsi cet exemple pourra être schématisé sur l'axe de temps de cette façon:

    —— avait gelé ——— savaient (Présent) ——— auraient été salées ——— pourraient ———»

    3. Les limites de la concordance des temps

    La concordance des temps n'est pas toujours un automatisme et peut ne pas être respectée.
    Ainsi, un présent dans un récit au passé peut être un présent de vérité générale;
    Exemple:
    Elle savait pourtant que la terre tourne.


    Et un futur peut être le signe du discours indirect libre, etc.
    Exemple:
    Elle claquait des dents: ils passeront par Laon, ils brûleront Paris (Sartre).

     

    4. La concordance du temps : tableau récapitulatif


    L'antériorité

    Temps de la principale Temps et modes de la subordonnée Exemples


    Présent / Futur
    Passé


    Subjonctif présent • Il termine / terminera avant que tu (ne) viennes.

    • Subjonctif présent (langue courante)

    • Subjonctif passé (langue soutenue)

    • Subjonctif passé (temps du passé plus marqué)

    • Ils décidèrent d'accepter avant que leur représentant syndical (n')arrive / (n')arrivât

     

    • Je suis sorti avant qu'il (ne) m'ait vu.

     


    La simultanéité


    Temps de la principale Temps et modes de la subordonnée Exemples
    Présent Présent / Indicatif ou impératif • Surveille les travaux pendant que les ouvriers font couler le béton
    Passé Futur ou présent de l'indicatif • Il viendra quand tu voudras / veux.
    Futur En fonction du sens voulu

    • L'infirmière appela quand elle le vit inanimé.

    • L'infirmière arriva au moment où le médecin examinait le malade.

     


    La postérité


    Temps de la principale Temps et modes de la subordonnée Exemples
    Présent Indicatif passé composé Surveille les travaux pendant que les ouvriers font couler le béton
    Futur Futur antérieur Il sortira quand il aura terminé son devoir.
    Passé Temps composés

    • Ils finissent leurs travaux après que la cloche a sonné.

    • Ils finiront leurs travaux après que la cloche aura sonné.

    • Il est sorti après que tu le lui as demandé.

    • Il faisait mieux son travail après que tu lui avais fait des remarques.

     

     
         
     
    Temps du verbe de la subordonnée
    Principale au présent
    (ou au futur)
    Principale au passé
    Temps du verbe de la subordonnée
    présent
    je sais qu'il gèle
    je savais qu'il gelait
    imparfait
    imparfait
    je sais qu'il gelait
    je savais qu'il gelait
    imparfait
    passé simple
    je sais qu'il gela
    je savais qu'il avait gelé
    plus-que-parfait
    futur
    je sais qu'il gèlera
    je savais qu'il gèlerait
    conditionnel présent
    passé composé
    je sais qu'il a gelé
    je savais qu'il avait gelé
    plus-que-parfait
    plus-que-parfait
    je sais qu'il avait gelé
    je savais qu'il avait gelé
    plus-que-parfait
     
     
    Dès qu'il eut gelé, il rentra
    passé antérieur
    futur antérieur
    je sais qu'il aura gelé
    je savais qu'il aurait gelé
    conditionnel passé

     

    II- Le subjonctif dans la subordonnée

    1. Le verbe de la principale au présent ou au futur

    Le présent ou le passé du subjonctif sont employés selon le sens:
    — Le présent du subjonctif pour exprimer une action présente ou future:
    Exemple:
    Je veux qu'elle soit heureuse
    (maintenant ou plus tard).


    — Le passé du subjonctif pour exprimer une action accomplie, passée ou future:
    Exemple:
    Je souhaite qu'il soit arrivé (déjà ou avant mon départ).

     

    2. Le verbe de la principale au passé

    Dans la langue soutenue, la règle de concordance des temps veut que le verbe de la subordonnée soit à l'imparfait ou au plus-que-parfait du subjonctif:
    Exemple:
    Je voulais qu'elle fût heureuse
    (imparfait du subjonctif) / Je souhaitais qu'il fût arrivé (plus-que-parfait du subjonctif).


    À l'oral et dans la langue écrite courante, la règle de la concordance des temps est rarement appliquée, surtout aux premières et deuxièmes personnes:
    Exemple:
    Il voulait que nous soyons heureux (présent du subjonctif au lieu de l'imparfait: fussions).

    Je voulais que tu aies mangé (passé du subjonctif au lieu de plu-que-parfait: eusses mangé). 

     

    votre commentaire
  •  

    LA PROGRESSION THÉMATIQUE

    1. ntroduction : qu'est-ce que la progression thématique ?
    2. Les trois sortes de progression thématique
    3. Relations entre types de progression thématique et sortes de texte (aperçu)
    4. Les substituts

    1/ INTRODUCTION 

    Essai de définition :

    La progression thématique correspond à la manière dont s'enchaînent les phrases au sein d'un texte : elle est à l'origine du sentiment qu'a le lecteur de la cohérence d'un texte (les idées se suivent "naturellement" ou non).

    Vocabulaire :

    Chaque phrase comporte :
    • un thème : c'est ce dont on parle. Chacun des interlocuteurs admet ou connaît le thème lorsqu'il le rencontre. Il fait, en effet, partie ou bien de ses connaissances, ou bien des connaissances que lui a déjà fournies le texte.
    • un propos : c'est ce qu'on dit du thème. Il s'agit d'une information nouvelle, donnée sur le thème.

    Trouver le thème et le propos d'une phrase :

    Pour trouver le thème et le propos d'une phrase, recourir à une questionà laquelle on peut répondre par la phrase analysée. Dans ce cas,
    • La partie de la phrase que contient la question est le thème (élément sur lequel on cherche à obtenir une information).
    • Ce qui constitue l'information donnée en réponse est le propos (information nouvelle apportée sur le thème)

    Exemples :

    EXEMPLE 1 :
    Au Nord de l'hémisphère nord, le climat est plus froid qu'au Sud de cet hémisphère.
    Question : qu'est-ce qui se passe au Nord de l'hémisphère nord ?
    Réponse : le climat est plus froid qu'au Sud de cet hémisphère.
    THÈME : "au Nord de l'hémisphère nord"
    PROPOS : "le climat est plus froid qu'au Sud de cet hémisphère."
    EXEMPLE 2 :
    Le climat est plus froid au Nord de l'hémisphère nord qu'au Sud de cet hémisphère.
    Question : Où le climat est-il plus froid ?
    Réponse :au Nord de l'hémisphère nord (comparativement au Sud de cet hémisphère)
    THÈME : "le climat est plus froid"
    PROPOS : "au Nord de l'hémisphère nord (comparativement au Sud de cet hémisphère)"

    2/ TROIS SORTES DE PROGRESSION THÉMATIQUE PRINCIPALES 

    * . Rappel de définition

    L'analyse de la PROGRESSION thématique décrit le rapport qu'entretient le thème d'une phrase avec les éléments de la phrase qui la précède, et ainsi de suite pour toutes les phrases d'un texte.

    A. La progression thématique à THÈME CONSTANT.

    LA PROGRESSION THÉMATIQUE


    B. La progression thématique à THÈME LINÉAIRE.

    LA PROGRESSION THÉMATIQUE


     

    C. La progression thématique à THÈME ÉCLATÉ (ou DÉRIVÉ).

    LA PROGRESSION THÉMATIQUE

                    Le "super-thème" est en général exprimé dans une phrase qui précède la partie du texte utilisant une progression à thème éclaté (ou "dérivé"). Dans cette phrase qui précède, il peut, comme dans l'exemple ci-dessus, faire partie du propos ; dans ce cas, la première phrase de la partie de texte suivant une progression à thème éclaté s'enchaîne à la précédente selon le principe de la progression à thème linéaire

    3/ RELATIONS ENTRE PROGRESSIONS THÉMATIQUES ET TYPES DE TEXTE (aperçu) 

    A. Pas d'unité de progression dans un texte donné

    Aucun texte (ou peu s'en faut) ne présente une sorte de progression thématique fixe TOUT AU LONG de son déroulement. Mais il y a quelques constantes qui peuvent être dégagées : on peut reconnaître des progressions thématiques majoritaires selon le type de texte.

    B. La progression à thème CONSTANT

    Elle est fréquente dans les textes :
    • narratifs (ex. : présentation des actions ou des réflexions successives d'un personnage donné)
    • de portrait d'un personnage (ex. : notice biographique)
    • injonctifs, par ex. de type publicitaire (ex. : le thème des phrases rappelle de manière martelée le produit vanté)

    C. La progression à thème LINÉAIRE

    On la trouve fréquemment dans les textes :
    • explicatifs (à enchaînement déductif, en particulier)

    D. La progression à thème ÉCLATÉ (ou DÉRIVÉ)

    Elle se rencontre beaucoup dans les textes :
    • descriptifs (ex. : accumulations de détails à propos d'un ensemble qui est décrit)

    4/ LES SUBSTITUTS 

    A. Trois options pour reprendre dans une phrase suivante une idée contenue dans un mot d'une phrase donnée.

    • La répétition pure et simple du mot
    • L'emploi d'un pronom
    • Les substituts lexicaux (ex. : les synonymes)

    B. Quatre sortes de substituts de type lexical

      • Les synonymes
    Son erreur le remplit de confusion. Mais son désarroi resta parfaitement secret. À ses yeux, que fût perceptible la gêne qu'il ressentait était totalement impensable.
      • Les équivalents qui s'appuient sur le passage du particulier au plus général (l'inverse est impossible) (voir l'hyperonymie)
    Vénus a toujours fait rêver les hommes : car cette planète ne manque pas d'atouts pour délier l'imagination. Un tel astre en effet est en train de renforcer sa réputation depuis l'envoi récente de nouvelles sondes photographiques et scientifiques.
      • Les équivalents qui s'appuient sur certaines qualités, certains attributs supposés connus du lecteur (ou de l'interlocuteur). Nombreux sont ces équivalents dont la forme est une périphrase.
    De source scientifique, nous venons d'apprendre que Vénus allait recevoir de nouvelles visiteuses : les sondes qu'on vient d'envoyer vers notre plus proche voisine devraient la rejoindre d'ici plusieurs semaines. Les mystères de l'Étoile du Berger devraient être quelque peu malmenés.
      • Les équivalents qui introduisent un jugement (favorable ou défavorable). Ils sont souvent faits d'une périphrase.
    Les rats sont à nouveau aux portes de notre cité : ces êtres infernaux ont brusquement réapparu en nombre. Et rien ne permettait jusqu'à maintenant de prévoir l'irruption nouvelle de cet ennemi.
    L'arbre avait ses branches maîtresses toutes brisées : ce pauvre être sans bras (métaphore) faisait pitié. Comment bois (métonymie) si puissant pouvait-il offrir pareil spectacle ?

     Source: http://fifracol.perso.sfr.fr


     



    votre commentaire
  • RELATION D’UN TEXTE À LA SITUATION D’ÉNONCIATION
    1. Introduction
    2. Deux relations possibles entre texte & situation d'énonciation
    3. Traces "grammaticales" de l'énonciation

    1/ INTRODUCTION : Définition sommaire de la Situation d'Énonciation 

    A. Qu'est-ce que la Situation d'Énonciation ?

    La situation d'énonciation correspond à la situation dans laquelle a été produit un texte (oral ou écrit) ; le texte produit est appelé énoncé.

    B. Dans la situation d'énonciation, on distingue particulièrement :

     
    celui à destination de qui le texte a été produit (le destinataire)
    les lieux servant de cadre à la production du texte )) le
    le moment où le texte a été produit )) contexte
    l'intention de celui qui a produit le texte par rapport à celui à qui il le destine
    (la visée : convaincre, émouvoir, distraire, faire rêver, etc.)

    C. Cas particuliers :

    Dans un récit de fiction, l'énonciateur est le narrateur (différent de l'auteur).
    En cas de dialogue (passages dialogués, théâtre, etc.), la situation d'énonciation est complexe, puisqu'elle présente une alternance d'émetteurs.

    2/ DEUX RELATIONS POSSIBLES ENTRE TEXTE & SITUATION D’ÉNONCIATION 

    On peut envisager deux sortes de relation.

      On voit que On en déduit la relation suivante
    a. celui qui produit le texte laisse dans ce dernier des traces (grammaticales*) de l'énonciation le texte est "ancré" dans la situation d'énonciation
    b. celui qui produit le texte ne laisse pas dans ce dernier de traces (grammaticales*) de l'énonciation le texte est "non-ancré" dans la situation d'énonciation, ou est "coupé" de la situation d'énonciation.

    3/ LES TRACES “GRAMMATICALES” DE L’ÉNONCIATION

    A. Dans un texte ancré dans la situation d'énonciation

    Indications de lieu il y en a qui font référence à cette situation d'énonciation et ne sont pas complètement compréhensibles si on ignore de quoi est faite celle-ci
    Indications de temps il y en a qui font référence à cette situation d'énonciation et ne sont pas complètement compréhensibles si on ignore de quoi est faite celle-ci
    Pronoms employés font référence au destinateur du texte : "je" (ou nous) et au destinataire "tu" (ou vous)
    Système temporel(verbes) système du DISCOURS : centré sur le présent de l'indicatif ; par rapport à ce dernier se positionnent cinq autres temps de l'indicatif : le passé composé, l'imparfait & le plus-que-parfait, le futur simple & le futur antérieur.
         
    Je ne vous demande qu'un mot pour être assuré de votre innocence. Si vous le voulez bien, laissez votre réponse écrite en évidence ici-même, ce dès demain afin que votre bonne volonté ne fasse pas de doute.

    B. Dans un texte coupé de la situation d'énonciation

    Indications de lieu ne font référence qu'à des lieux déjà précisés : il n'y a jamais de référence à la situation d'énonciation
    Indications de temps ne font référence qu'à des indications temporelles déjà précisées : il n'y a jamais de référence à la situation d'énonciation
    Pronoms employés les pronoms personnels sont exclusivement : "il(s)" et "elle(s)"
    Système temporel(verbes) système du RÉCIT : il est centré sur le passé simple de l'indicatif ; par rapport à ce dernier se positionnent trois autres temps de l'indicatif : le passé antérieur, l'imparfait & le plus-que-parfait
         
       En 1921, l'artiste Herman Garden suscita à Paris l'enthousiasme avec des compositions d'objets exposés sur papier sensible, et il devint, l'année suivante, dans la même ville, le photographe le plus en vue.

     

    C. Récapitulatif

    Indices révélateursTexte “ancré” dans sit. d'énonciationTexte “coupé” de la sit. d'énonciation
    Indications de lieu
    Indicateurs relatifs : peuvent faire référence à la situation d'énonciation
      ici, à gauche

    Indicateurs absolus : s'appuient sur la connaissance du monde commune aux destinateur & destinataire
      à Paris
    Indicateurs relatifs : font référence seulement à des lieux déjà cités dans le texte
      à cet endroit, à gauche de cette maison

    Indicateurs absolus : s'appuient sur la connaissance du monde commune aux destinateur & destinataire
      à Paris
    Indications de temps
    Indicateurs relatifs : peuvent faire référence à la situation d'énonciation
      aujourd'hui, hier, demain

    Indicateurs absolus : s'appuient sur la connaissance du monde commune aux destinateur & destinataire
      (dates, saisons, heures, ...)
    Indicateurs relatifs : font référence seulement à des moments déjà cités dans le texte
      ce jour-là, la veille, le lendemain

    Indicateurs absolus : s'appuient sur la connaissance du monde commune aux destinateur & destinataire
      (dates, saisons, heures, ...)
    Pronoms employés • je, tu, nous, vous (+ il, ils, elle, elles) • il, ils, elle, elles (seulement)
    Système temporel (verbes) • système du DISCOURS, centré sur le PRÉSENT • système du RÉCIT, centré sur le PASSÉ SIMPLE
         
      SORTES DE TEXTES  
         
     

    - langage oral,
    - lettre, journal intime, autobiographie,
    - presse ; texte argumentatif, explicatif, informatif, etc.

    - récit de fiction,
    - récit basé sur le réel, mais où le narrateur prend ses distances,
    - etc.

    SOURCE http://fifracol.perso.sfr.fr


    votre commentaire
  • Grammaire
                         a) Les noms simples & les noms coposés

     b) L'adjectif qualificatif

      c) L'adjectif possessif  (un seul cas)

     d) L'adjectif indéfini (quelques cas)

    Cher collègue,afin de préserver les droits d'auteur, nous avons mis à votre disposition, seulement quelques exemples qui pourraient vous être utiles.

    A suivre ......

     


    votre commentaire
  •  Vocabulaire

      


    2 commentaires
  •  


    LES DIFFÉRENTES PROPOSITIONS (verbales)
     
    1. Généralités sur la proposition (verbale)
    2. Une arborescence des différentes propositions de la phrase verbale
    3. Les caractéristiques de chaque proposition
    4. Aperçu des autres propositions
    1/ GÉNÉRALITÉS  

    Une proposition (verbale) est un ensemble de mots ayant un sens et construit autour d'un verbe conjugué; cet ensemble de mots compte donc en son sein :

    • le verbe
    • son sujet
    • son / ses complément(s)

    c'est à dire :

    • un groupe sujet (GS)
    • un groupe verbal (GV ; on inclura dans le Groupe Verbal les compléments parfois désignés en tant que compléments de phrase)

    Les propositions sont les éléments qui constituent les phrases.

    2/ UNE ARBORESCENCE PRÉSENTANT LES DIFFÉRENTES PROPOSITIONS (verbales)      
           
      Phrase verbale                  
                   
    Une seule propo-
    sition
        Plusieurs propo-
    sitions
                 
                   
        Propo-
    sitions indépen-
    dantes
        Propo-
    sitions non indépen-
    dantes
             
                   
            Propo-
    sition principale
        Propo-
    sition sub-
    ordonnée
         
                   
                elle précise un nom     elle précise un verbe  
                     
                propo-
    sition sub-
    ordonnée relative
      prop. sub. conjonc-
    tive objet
    prop. sub. interro-
    gative indirecte
    prop. sub. conjonc-
    tive cir-
    constancielle

    3/ LES CARACTÉRISTIQUES DES DIFFÉRENTES PROPOSITIONS 

    Une phrase verbale peut être composée de :

    3.1. une seule proposition :

    Caractéristiques Exemple
    nécessairement indépendante L'enfant s'approcha.

    3.2. plusieurs propositions : 

    3.2.1. propositions indépendantes

    Sortes de propositions Caractéristiques Exemples
    juxtaposées séparées seulement par une virgule L'enfant s'approcha, sa mère le prit contre elle.
    coordonnées reliées par des conjonctions ou des adverbes de coordination L'enfant s'approcha mais sa mère le rabroua vivement.

    3.2.2. propositions non indépendantes

    3.2.2.1. Proposition principale  

    Caractéristiques Exemple
    - une proposition subordonnée dépend d'elle.
    - elle ne commence  par aucun mot introducteur (conjonction de sub., pronom relatif, adverbe ou adj. ou pronom interrogatif, ...)
       elle ne peut pas toujours être isolée, de même qu'une prop. subordonnée ; elle s'en distingue parce qu'elle n'est introduite par aucun mot
    Je veux que tu ranges tes livres.

    3.2.2.2. Propositions subordonnées 

    3.2.2.2.1. Généralités

    Caractéristiques Exemple
    - elle dépend d'une proposition principale (ce qui signifie qu'elle NE pourrait PAS, sans changements, être isolée)
    - elle commence par un mot introducteur (conj. de sub., pr. relatif, adv. ou adj. ou pronom interrogatif, ...)
    Je veux que tu ranges tes livres.

    3.2.2.2.2. Différentes propositions subordonnées

    Précise Nom de la subordonnée Caractéristiques Exemples
    Un nom Prop. sub. Relative
     

    - introduite par un pronom relatif Range les livres qui encombrent ton bureau.
    - celui-ci représente le nom qui le précède (l'antécédent) «qui» représente "livres".
    - c'est une expansion du nom (comme l'adj. épithète ou apposé, par ex.) ; la prop. relative est complément de l'antécédent. la prop. relative est complément de l'antécédent «livres»
    - le pronom relatif a une fonction DANS la prop. sub. relative elle-même «qui» est sujet du verbe "encombrent"
    Un verbe
     
     
     
     
     
     

    Un verbe
     
     
     
     
     
     

    Un verbe
     
     
     
     
     
     
     

    Un verbe

    Pr. sub. Conjonctive Objet (dite aussi "complétive")
     

    - introduite par la conjonction de subordination «que» Je veux que ta chambre soit rangée.
    - la prop. sub. conj. objet est COD ou COI du verbe de la principale la prop. subordonnée est ici COD du verbe «veux»

     

     

     

    Prop. sub. Interrogative Indirecte
     

    correspond à une phrase interrogative du style direct ; elle est COD du verbe de la principale. Elle peut être : Je lui demande s'il viendra. (phrase issue de: "Je lui demande: «Viendras-tu ?»")
     une interrogation totale ; elle est introduite par l'adverbe interrogatif «si» Je te demande si tu viendras demain.(phr. issue de: "Je te demande: «Viendras-tu demain ?»)
     une interrogation partielle ; elle est introduite par un adverbe interroga. (ex. quand), un adj ou pronom interroga. (ex. lequel) Je me demande quand tu viendras. (phr. issue de: "Je me demande: «Quand viendras-tu ?»")
    Prop. sub. Conjonctive Circonstancielle
     

       
     le temps  Rentrons vite avant qu'il ne pleuve.
     la cause  Il est absent parce qu'il a fait une crise d'appendicite.
     la conséquence  L'incendie fut si soudain que personne n'en réchappa.
     le but  François soutient Marie afin qu'elle ne tombe pas.
     l’hypothèse  Si tu as des ennuis, dis-le moi.
     l’opposition  Bien qu'il pleuve, tu joues dehors.
     la comparaison  Ce livre est plus intéressant que je ne le pensais.

     

    4/ QUELQUES AUTRES PROPOSITIONS (verbales)  

    Il existe aussi :

    • la proposition infinitive (c'est une transformation, après certains verbes, de la proposition subordonnée conjonctive objet) :
    Exemple
    J'entends les oiseaux chanter. (issu de : J'entends que les oiseaux chantent)
    • la proposition participiale (c'est une transformation de certaines propositions subordonnées conjonctives circonstancielles ; la précision de la valeur circonstancielle est cependant moindre, le plus souvent)
    Exemple
    Les parts de chasse ayant été faites, le lion s'en retourna. (issu de : Après que les parts de chasse eurent été faites, le lion s'en retourna.)

    Source: http://fifracol.perso.sfr.fr
     

     


    votre commentaire
  • Voici le témoignage de Claude Garcia, prof de SES au lycée. Il s'adresse aux jeunes enseignants et dispense ses conseils, les erreurs qu'il aurait pu éviter lorsqu'il a commencé !

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Bases orales et écrites du français
    pour adultes francophones et non francophones

    Cliquer ici pour visualiser le document 

    Cliquer ici pour télécharger le document 




    votre commentaire
  • Voir Naples et mourir

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Y voir que du feu

    Lire la suite...


    votre commentaire